Pérou

Trek de 3 jours dans le Canyon de Colca

Quel plus grand défi pour une personne souffrant de vertige comme moi que de se confronter à un canyon de 3400 mètres de profondeur ?

C’est un peu la boule au ventre que j’ai commencé ce trek de 3 jours mais l’envie de découvrir ces incroyables paysages était plus forte que la peur : en route !

Le canyon de Colca

Situé au nord de la ville d’Arequipa, le canyon de Colca est considéré comme le second plus profond du monde. Il se fait dépasser de seulement 135 mètres par son voisin péruvien le canyon de Cotahuasi.

Le départ des treks se fait de la petite ville de Cabanaconde, situé à 3287 mètres d’altitude.

Brume matinale sur le canyon de Colca

Comment se rendre au canyon de Colca

Pour vous y rendre depuis Arequipa, il y a deux solutions : soit un bus public, soit des bus touristiques.

Nous avons choisi l’option bus touristique mais sans faire le tour proposé dans la foulée. L’avantage est qu’ils viennent vous chercher à votre hôtel, le coté moins rigolo c’est que les bus partent en général à 3 heures du matin !

Après 5 heures de trajet et un petit déjeuner, notre bus touristique s’arrête au mirador « Cruz del Condor« . Situé au bord du Canyon, c’est l’endroit idéal pour observer l’envol des condors qui profitent des courants ascendants du canyon pour planer. Malheureusement le site est envahi de touristes ce qui rend l’observation plutôt compliqué.

Observation des condors au mirador « Cruz del Condor »

Puis, à 9h30, arrivés à Cabanaconde, le guide et son groupe enchainent directement avec la randonnée. Nous étions biens contents de ne pas les suivre et d’avoir une journée de repérage et de repos !

Nous nous sommes arrêtés à l’Hostel Pachamama. Cet endroit est parfait pour préparer son trek. A notre arrivée, nous avons reçu une carte et des explications sur le canyon. Vous pouvez louer des bâtons et laisser vos gros sacs durant le trek. Les serveurs du restaurant sont français et très sympas. Et cerise sur le gâteau, ils font d’excellentes pizza et Pisco Sour !

Le village de Cabanaconde est le point de départ des treks dans le canyon de Colca

Première journée : de Cabanaconde à Llahuar

Pour notre premier jour, nous avons pris le départ à 8h30 après un bon petit déjeuner. A Colca, il vaut mieux partir de bonne heure car le soleil tape vite et fort !

Un aperçu de ce qui nous attend pour les 3 prochains jours !

De la ville de Cabanaconde vous pouvez descendre vers 3 villages : Llahuar, Sangalle ou San Juan de Chuccho.

Nous avons choisi d’aller vers Llahuar car ce lieu nous semblait plus accessible pour le vertige. C’est donc parti pour 1100 mètres de dénivelé négatif !

En pleine forme pour le début du trek de Colca !

Le début de la marche se fait d’abord en pente douce puis on enchaîne sur une première belle descente jusqu’à un petit pont de bois. Les genoux prennent cher, mais question vertige tout se passe finalement bien. Le chemin est assez large et bien défini.

Le premier petit pont de bois. L’arrivée est encore loin !

Contrairement à ce que l’on nous avait expliqué, le chemin pour Llahuar est assez bien indiqué, avec des flèches un peu partout. Avec l’aide de la carte fournie par notre auberge, ou de Maps.me, il n’y a aucune raison de vous tromper !

N’oubliez pas de télécharger la carte du Canyon sur Maps.me avant de partir ! Il n’y a pas de réseau ni à Cabanaconde ni dans le canyon !

Le chemin étant constitué de terre très sèche, il s’avère assez glissant. J’étais contente d’avoir mes bâtons pour me stabiliser et me rassurer en descente.

Puis nous arrivons à la deuxième grosse descente qui nous mènera au second pont.

Arrivés ici, on sent que nos petites jambes souffrent et le soleil commence à taper. Pas de chance pour nous, une nouvelle montée nous attend ! Ici, vous êtes sur la route où un bus reliant Cabanaconde au fond du canyon passe deux fois par jour !

Petit village juste avant Llahuar.

Qui dit montée dit nouvelle descente, celle-ci vous mène à un petit village de maisons en adobe et au dernier pont . D’ici, vous pouvez enfin apercevoir le petit village de Llahuar !

Il n’y a que deux hôtel à Llahuar : le premier est un énorme bâtiment que vous voyez de très loin. Quand vous arrivez, l’ensemble de la famille qui tient cet hôtel vous saute dessus pour vous convaincre d’aller chez eux… Cela ne donne pas vraiment envie !

Un conseil, tracez et allez directement au deuxième hôtel qui est juste derrière : la Casa Virginia.

L’endroit est tout mignon : petite chambre avec salle de bain partagée pour une quinzaine d’euros. L’accueil est très agréable et vous avez accès à leur petit jardin où vous pouvez vous servir directement en fruits dans les arbres : oranges, clémentines, tuna (fruit du cactus) prunes… Servez-vous ils seront ravis !

Notre petite chambre pour la nuit à la Casa Virginia

Vous avez également accès aux sources chaudes qui se situent en contrebas. Parfait pour détendre vos muscles après cette longue marche !

Vous pouvez prendre un repas midi et soir, mais également utiliser leur cuisine.

Deuxième journée : de Llahuar à Sangalle

Après une après midi dans ce cadre paisible, et une bonne nuit, nous voilà levés à 6h. Avec un gros petit déjeuner dans le ventre, nous sommes en route pour l’oasis de Sangalle.

Pour cette deuxième journée, nous avons de la compagnie !

Le deuxième jour est assez éprouvant, car plus long en distance. On commence d’abord par 700 mètres d’une bonne montée. Puis nous rejoignons la route pour un faux plat jusqu’au mirador. Les paysages sont tout aussi incroyables que la veille : sec d’un coté, et de l’autre, on aperçoit la verdure de l’oasis Sangalle et de San Juan de Chuccho.

Un peu plus loin un petit chemin signale le village de Sangalle, mais la descente à l’air vraiment impressionnante. Alors nous décidons d’aller jusqu’au village de Malata, car la pente nous semble plus douce. Nous avons bien fait car nous pouvons observer la végétation incroyable de ce coté du canyon !

Vue sur le village de Malata. C’est par ce village que nous avons fait la descente vers l’oasis de Sangalle

Nous descendons par le village et arrivons sur des superbes terrasses de cultures. Puis nous entamons la descente de 700 mètres de dénivelé vers l’oasis de Sangalle. Le chemin n’est pas impressionnant mais encore une fois assez glissant.

Nous avons un peu sous-estimé cette deuxième journée, les distances sont longues !

Une fois en bas, nous apercevons les magnifiques cascades de Sangalle, traversons un petit pont et une dernière montée !

Une jolie petite cascade juste avant l’oasis de Sangalle

Et nous voilà dans ce bel oasis. Nous nous sommes arrêtés au premier hôtel : correct avec jardin et piscine. Mais beaucoup moins de charme que notre arrêt à Llahuar.

En effet, l’oasis n’est malheureusement qu’un ensemble de petits hôtels, et à part une pause à la piscine il n’y a pas grand chose à faire. Son avantage est qu’il se situe en bas du chemin pour la remontée finale. D’ici, elle parait vraiment impressionnante !

Le repas du midi et du soir sont servis à la meme heure pour tous.

Puis tout le monde au dodo, car une dure journée nous attend le lendemain !

Troisième journée : de Sangalle à Cabanaconde

Réveil à 4h du matin, et c’est parti pour 1300 mètres de montée à la lampe frontale ! Petit à petit, le soleil se lève et dévoile les magnifiques paysages du canyon. C’est beau, mais il ne faut pas se laisser retarder car la course contre le soleil commence !

Le soleil se lève sur le canyon de Colca

Le chemin est un peu glissant, et constitué de grosses marches, mais il n’est pas vraiment vertigineux. Je crois que j’étais tellement concentrée sur l’effort que je n’ai même pas vu le vide.

Pour économiser vos forces, il est important de monter doucement, à votre rythme. Vous pouvez faire des petites pauses, mais pas trop longues pour ne pas vous refroidir.

Des mules passent de temps en temps pour monter les personnes qui n’ont pas souhaité faire la montée à pied. Vous pouvez commander votre mule la veille mais également au cours du trajet. Des guides sont présents pour voir si vous n’en avez pas besoin. Un couple derrière nous, à bout de forces, a lâché l’affaire et en même pas deux minutes deux mules arrivaient pour les monter. C’est un peu le Uber local !

Après quelques heures de marche, l’oasis de Sangalle paraît tout petit !

La montée est longue, à certains moments on croit en voir le bout mais ça continue et on en a vraiment marre. Mais quand enfin, vous apercevez l’arrivée tant attendue, quel sentiment de satisfaction et de victoire sur soi-même !

Enfin arrivés après 1300m de dénivelé !

Je ne vais pas dire que j’ai vaincu mon vertige, car c’est bien plus compliqué que ça. Mais en tout cas c’est une belle épreuve de passée, un dépassement que je n’aurai pas pu faire sans le soutien et les encouragements de mon JB.

Arrivés en haut, il ne nous restait plus qu’à rejoindre Cabanaconde sur 2 petits kilomètres de chemin plat. Nous retournons à l’auberge Pachamama récupérer nos gros sacs et prendre une douche chaude pour 5 soles (8 si vous voulez une serviette avec).

Et nous voici arrivés, épuisés, courbaturés, vidés mais tellement fiers de nous !

Quelques conseils sur le Canyon de Colca

  • Partez le plus tôt possible : le soleil tape vite et fort. Pour la marche ça devient très difficile.
  • Avant de partir, repérez votre chemin. Aidez vous de cartes papier ou de Maps.me pour avoir une bonne idée de ce qui vous attend ! N’oubliez pas de télécharger la carte du canyon sur Maps.me avant de partir ! Il n’y a pas de réseau ni à Cabanaconde, ni dans le canyon !
  • Emportez de l’eau en bonne quantité (nous avions pris 1 litre chacun et c’était parfois juste), des encas (amandes, barres de céréales…), de la crème solaire et du répulsifs anti-bébettes (non pas pour vous protéger des moustiques mais plutôt des Sandflies, ces saletés de mouches mordeuses). Vous pouvez acheter de l’eau et des encas dans les différents villages du canyon mais sachez que les prix sont plus élevés !
  • Montez doucement, à votre rythme. Vous pouvez faire des petites pauses, mais pas trop longues pour ne pas vous refroidir.
  • Ouvrez grand vos yeux, prenez votre temps, admirez les paysages et surtout profitez ! Vous ne le regretterez pas !

Aurélie

Éducatrice de jeunes enfants partie à l'aventure pour un tour du monde !

2 commentaires

  1. Bravo aux gotripics. C est un bel article tres interessant. Les photos sont magnifiques. Que de beaux souvenirs pour vous. Bonne continuation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer